Entreprises qui ont choisi une nouvelle vocation durant le Coronavirus

Top-là! aux entreprises qui ont choisi une nouvelle vocation durant le Coronavirus

 

J’aimerais faire un « Top-là! » à ces entreprises qui changent leur vocation pour aider en ce temps de crise du coronavirus. Plusieurs entreprises auraient pu fermer leurs portes durant cette crise, mais ils ont décidé de relever leurs manches et d’adapter leurs produits afin de répondre à la demande croissante de plusieurs biens ou services.  En voici une liste.

 

Bauer - entreprise qui a changé de vocation durant le Coronavirus

Cette entreprise d’équipement de hockey de Blainville n’a pas hésité à modifier ses produits afin de créer et produire des visières protectrices à des fins médicales. Selon la publication de TVA Sport du 25 mars, ils auraient déjà reçu 100 000 commandes. C’est tout un changement compte-tenu que Bauer produisait normalement des patins personnalisés pour les athlètes d’élite. Ils ont pu ainsi garder un certain nombre d’employés pour répondre à cette demande.


Tristan - entreprise qui a changé de vocation durant le Coronavirus

 

Le 27 mars dernier, La Presse Plus a fait un reportage sur la compagnie Tristan, l’atelier de couture à Cookshire-Eaton en Estrie. Cette entreprise a décidé de développer de toute urgence (5 jours) une visière médicale pour les travailleurs de la santé. Après seulement quelques jours, ils ont reçu l’approbation d’Ottawa dans la nuit de samedi à dimanche (28-29 mars) pour produire ces visières. Ils ont déjà reçu des centaines de commandes venant des médecins, services ambulanciers, usines dans le secteur agroalimentaires, résidences et laboratoires. Bon nombre de visières seront données par l’entreprise et d’autres vendues selon l’article de La Presse Plus du 31 mars. Comme Bauer, le logo de Tristan sera apposé sur les produits, mais ils veulent surtout que la devise « Unum sumus » (nous sommes unis) soient visibles sur les visières. « C’est un message d’unité, raconte Mme Fortin (dirigeante de Tristan). On vous remercie pour ce que vous faites. On est de tout cœur avec vous. »


Serico - entreprise qui a changé de vocation durant le Coronavirus

 

Comme plusieurs entreprises, Serico, cette entreprise de Drummondville, devait mettre à pied la moitié de ses employés le 16 mars dernier, mais 4 jours plus tard elle les rappelait afin de produire un nouveau panneau anti-contagion. En effet, celle-ci après avoir reçu une demande d’une pharmacienne du coin a décidé de produire des panneaux pour lutter contre la propagation du Coronavirus ou Covid-19. Ils ont déjà reçu plus de 80 000 commandes depuis ce jour. Ces commandes viennent du Canada mais aussi du côté américain. Ils ont dû effectuer plusieurs changements dans leur usine afin de répondre à la demande. (parution de L’Express du 27 mars dernier)


Nike - entreprise qui a changé de vocation durant le Coronavirus

Nike a annoncé le 27 mars dernier (publication Nouv’Nation) que Nike va participer à la lutte contre le coronavirus en lançant la production de masques sanitaires. Étant basé à Beaverton, cette entreprise va fournir des masques pour les équipes médicales de l’Oregon


Balenciaga - entreprise qui a changé de vocation durant le CoronavirusSaint-Laurent - entreprise qui a changé de vocation durant le CoronavirusChanel - entreprise qui a changé de vocation durant le Coronavirus

C’est le cas aussi de l’industrie du luxe qui travaille depuis le 16 mars dernier à fournir du gèle hydroalcoolique aux hôpitaux français. De plus, selon la publication du Business Insider France du 30 mars dernier, Chanel a annoncé qu’elle produirait une production de masques afin d’aider les équipes médicales de France. « 

« Aujourd’hui, nous mobilisons nos fabricants partenaires et nos équipes — dont 150 de nos couturières et couturiers des ateliers Haute Couture, Prêt-à-Porter et Maisons d’art — pour produire des masques de première protection et des blouses », a déclaré Chanel dans un communiqué. De plus, l’entreprise annonçait également faire un don de 1,2 million d’euros « auprès des structures hospitalières et services à travers des contributions financières au fonds d’urgence créé par la Fondation de l’AP-HP (Assistance Publique – Hôpitaux de Paris), à la Fondation Georges Pompidou et aux services du SAMU. »

Et que dire, de ces entreprises qui ont modifiés leurs services afin de répondre à des nouveaux clients. C’est le cas des entreprises de nettoyage ménager qui desservent maintenant les hôpitaux, centres de soin plutôt que les entreprises de bureau et les entreprises de sécurité qui offrent leurs services aux entreprises d’alimentation ou de services essentielles. Le mot d’ordre pour ces entreprises c’est de s’adapter, mais surtout d’aider en ces temps difficiles.

 

 

Retour haut de page